Le BLOG

Une longue interview par Laurent Fendt sur Hym.media

Laurent Fendt, avec qui j’avais autrefois passé une nuit entière à radio Ici et maintenant, autour de La grenouille qui ne savait pas quelle était cuite, m’a proposé cette fois une longue interview sur son propre media, HYM.MEDIA, réalisée dans un bistrot parisien… en terrasse… par -4° ! (D’où le chapeau que j’ai gardé sur la tête tout du long !!)

(Cliquez sur l’image)

Capture d’écran 2017-12-29 à 12.51.16



Le charme infini de Tagore…

sadhana

Je relis pour la Xème fois Sâdhanâ de Rabindranâth Tagore, qui figure depuis bien longtemps dans mon Top 10 personnel. Il y a chez Tagore une telle poésie qu’elle transpire dans tout ce qu’il écrit, ses romans, ses essais, partout. 

Dans cet essai philosophique et spirituel, non seulement le fond est d’une profondeur exceptionnelle, mais la forme est un véritablement enchantement.

Je ne résiste pas à l’envie de vous en livrer quelques extraits tirés du chapitre Réalisation dans l'amour : le premier traite de l’amour, de la beauté et de la joie.

«  Dans l’amour, toutes les contradictions de l’existence se fondent et se perdent. C’est seulement dans l’amour que l’unité et la dualité ne s’opposent pas. Il faut que l’amour soit à la fois un et deux. (…)

«  Dans l’amour, servitude et libération ne sont pas contradictoires, car l’amour est à la fois le plus libre et le plus enchaîné. Si Dieu était absolument libre, il n’y aurait pas de création. L’Être infini a assumé en soi le mystère de la limitation. Et en lui qui est amour, le fini et l’infini ne font plus qu’un. (…)

«  La religion vishnouïte a courageusement proclamé que Dieu s’est lié à l’homme, et qu’en cela consiste la plus grande gloire de l’existence humaine. Dieu s’enchaîne lui-même à chaque pas dans le rythme charmeur et merveilleux du limité ; il répand ainsi son amour en mélodie dans les plus parfaits chants lyriques de la beauté. 

«  La beauté est la cour qu’il fait à notre cœur ; elle ne peut avoir aucun autre but. Elle nous rappelle partout que la manifestation de la puissance n’est pas le sens dernier de la création. Partout où joue une touche de couleur, une note d’un chant, une grâce de la forme, c’est un appel à notre amour. 

«  La faim nous contraint d’obéir à ses injonctions, mais la faim n’est pas le dernier mot pour l’homme. Il y a même eu des hommes qui l’ont délibérément bafouée pour montrer que l’âme humaine ne saurait être dirigée par la pression des besoins ou la menace de la douleur. En fait, pour vivre de la vie de l’homme, nous devons tous, les plus petits comme les plus grands, rejeter chaque jour ses exigences. 

«  Mais en revanche il y a dans le monde une beauté qui n’insulte jamais à notre liberté, qui ne lève jamais le petit doigt pour nous faire reconnaître sa suzeraineté. Nous pouvons n’en tenir aucun compte, sans encourir pour cela aucun châtiment. Elle nous envoie une prière, mais non un ordre. Elle cherche en nous l’amour, et l’amour ne s’obtient jamais par la contrainte. Ce n’est pas la compulsion, mais la joie, qui attire finalement l’homme. » 


Le second, en s’inspirant de la littérature, aborde le lien entre la loi, la beauté et la liberté.


tagore

«  Un grand poème, lorsqu’on l’analyse, n’est qu’une série de sons indépendants. Le lecteur qui en trouve le sens, c’est-à-dire le lien intérieur qui unit ces sons extérieurs, découvre une loi intégralement parfaite et jamais violée, la loi de l’évolution des idées, la loi de la musique et de la forme. 

«  Mais la loi est en soi une limite. Elle montre simplement que ce qui est ne peut pas être autrement. Lorsqu’un homme s’occupe uniquement de rechercher les liens de causalité, son esprit n’échappe à la tyrannie des faits que pour succomber sous celle des lois. 

«  Lorsqu’en étudiant une langue, nous passons du vocabulaire aux lois qui le régissent, nous faisons un grand progrès. Mais si nous nous arrêtons là, si nous nous intéressons uniquement aux merveilles de la formation d’une langue et que nous cherchions seulement les raisons cachées de ses caprices apparents, nous n’aboutissons pas, car la grammaire n’est pas la littérature, et la prosodie n’est pas un poème. 

«  Quand nous en venons à la littérature, nous constatons que tout en se conformant aux règles de la grammaire, elle est pourtant une création de joie, elle est la liberté en personne. La beauté d’un poème est soumise à des lois rigides, et pourtant le poème les dépasse. Les lois sont ses ailes ; elles ne l’alourdissent pas, elles le portent à la liberté. Sa forme est dans la loi, mais son esprit dans la beauté. La loi est le premier pas vers la liberté ; la beauté est la libération complète qui se dresse sur le piédestal de la loi. La beauté harmonise en elle-même la limite et l’au-delà, la loi et la liberté. » 

2017-2018 : bien terminer, pour bien commencer

Dans une dizaine de jours, une année va s’achever tandis qu’une nouvelle va débuter. Ces moments de transition sont toujours l’occasion de faire un beau travail intérieur, en conscience, pour celles et ceux qui le souhaitent.

1718

Depuis quelques décennies déjà, je prends toujours un temps, durant la dernière quinzaine de décembre, pour faire le bilan de l’année écoulée. C’est quelque chose de beaucoup plus important qu’il n’y paraît de prime abord. Dans le monde de l’entreprise, par exemple, on sait qu’un grand nombre de faillites tient à la mauvaise habitude d’enchaîner projet sur projet, d’aller toujours de l’avant, de foncer… sans jamais prendre vraiment le temps de tirer les leçons des projets précédents. Qu’est-ce qui a marché ? Qu’est-ce qui serait à modifier ?

De manière analogue, prendre le temps une fois l’an de se retourner sur l’an qui s’achève est source de précieux apprentissages. 

- On peut le faire mois par mois (à condition d’avoir bonne mémoire… ou un agenda bien tenu !).  

- On peut aussi le faire (c’est ce que je préfère) en passant en revue successivement les divers aspects de notre vie :

- le couple
- la famille
- les autres relations 
- la santé
- le travail
- les loisirs
- le sport
- etc. 

Par exemple, au chapitre des relations, je m’intéresse toujours à faire le bilan de qui est entré ou sorti de ma vie, durant les 12 derniers mois. Qu’est-ce que cela dit de moi, de ce qui a changé dans ma vie ?…

Mon premier livre, en 1984 (Vivre ses rêves, Hélios), abordait l’interprétation des rêves, entre autres. Mais on peut aussi interpréter sa vie ! On peut considérer sa propre existence comme le miroir vivant des pensées, intentions et sentiments que nous semons à longueur de journée, des énergies que nous émettons et qui finissent tôt ou tard par nous revenir. 

Faire le bilan de l’année écoulée, c’est prendre le temps d’observer attentivement sa récolte, avant de décider quelles graines semer l’année suivante. Est-ce qu'on garde les mêmes ? Ou bien on change ? 

Au terme de ce bilan, nous pouvons donc choisir ce que nous souhaitons pour l’année qui va commencer. Quelles intentions formulons-nous ? Quel parfum voulons-nous que cette année dégage, quelle tonalité va-t-elle émettre, quelles couleurs voulons-nous qu’elle rayonne ?… 

Enfin, quand nous avons décidé ces grandes lignes, il reste une clé précieuse à appliquer. Débuter l’année en conscience, dès la première seconde. La  consacrer à ce qu’il y a de meilleur et de plus élevé. Puis, prêter une attention toute particulière aux 12 premiers jours de l’année, comme s’ils étaient le modèle réduit de l’année à venir. Comme si en vivant ces 12 jours en conscience, avec tout à la fois amour, conscience, joie et vigilance, on favorisait ainsi un déroulement analogue pour les 12 mois qui vont suivre. 

Si vous notez dans un carnet ce qui se passe durant ces 12 premiers jours, vous constaterez peut-être des parallèles surprenants entre, mettons, ce qui s’est passé le 4 janvier, et ce qui vous arrivera en avril (4e mois); ou entre tel rencontre faite le 7 janvier, et ce que vous réservera le mois de juillet. 

Laissons en 2017 ce qui appartient à 2017. Distillons cette année, dans notre bilan, pour n’en garder que les leçons utiles, la quintessence, le meilleur. Puis abordons 2018 comme une nouvelle page vierge, où inscrire dès les premiers instants quelques paroles en lettres d’or, quelques pensées et intentions lumineuses, qui se déploiront tout au long de l’année à venir… 

bona

- Olivier 



Cancer : quel genre d’aide aide vraiment ?

Dans « Grâce et Courage », de Ken Wilber, dont j’ai déjà parlé ci-dessous dans mon blogue, j’ai trouvé ce remarquable article de 5 pages, de la main de son épouse, Treya Killam Wilber, paru autrefois dans deux revues aux Etats-Unis, qu’il faudrait faire lire à toute personne qui a dans son entourage quelqu’un atteint d’un cancer (comme à celles qui en souffrent, d’ailleurs). 

Cet article a d’ailleurs déclenché le plus grand nombre de courrier de lecteurs de toute l'histoire du premier magazine où il est paru. Et Treya s’est même vue contactée par Oprah Winfrey pour venir en parler à la TV (invitation qu’elle a déclinée). 

A lire, à faire lire, et à partager abondamment ! 

Pour qu’on cesse de culpabiliser - avec les meilleures intentions du monde, comme toujours - celles et ceux qui sont atteints de pathologies graves, cancer ou autres d’ailleurs. 

(Cliquez sur l’image pour télécharger le PDF.)

quelle aide


Grâce, courage… et pardon : (re)lire Ken Wilber

Mise en page 1

Je lis actuellement "Grâce et courage" de Ken Wilber : un livre exceptionnel, qui retrace les 5 années qu’il a vécues avec sa femme Treya, avant qu’elle soit emporté par le cancer. Un témoignage triplement fort :

- par la profondeur et l’étendue de la pensée de Wilber, d’une part, que l’on découvre ici de façon très concrète, dans la manière dont il l’applique et la vie au quotidien ;

- par la personnalité unique de Treya, d’autre part, d’une honnêteté foncière plutôt rare ;

- par ce qu’ils nous livrent tous deux de leur vie et de leur relation (qui n’aura connu que 4 mois sans cancer…), et de la manière dont ils ont abordé les épreuves qu’ils ont connue.

Je pense que c’est un livre qui peut, aujourd’hui encore, énormément aider toute personne, tout couple confronté à une maladie grave, cancer ou autre.


J’ai en outre trouvé dans ce livre deux beaux extraits sur le pardon que je voulais partager avec vous :


"L'ego se refuse à essayer le pardon, car cela pourrait ébranler son existence même. Pardonner aux autres leurs insultes réelles ou imaginées revient à affaiblir, à atténuer la frontières entre soi et les autres, à dissoudre l'impression de séparation entre le sujet et l'objet. Ainsi, avec le pardon, la conscience tend à se détacher de l'ego et de ses insultes, et à revenir au Témoin, au Soi, lequel regarde sujet et objet avec équanimité. Et c'est pourquoi le pardon est la voie qui permet de se détacher du soi et de se souvenir du Soi. »

 

Et celui-ci, tiré du Cours en miracles : 


« Que peux-tu désirer de plus que ce que le pardon prodigue ? Veux-tu la paix ? Le pardon te l’offre. Veux tu le bonheur, la tranquilité desprit, une raison d’être, ou encore un sentiment de valeur et de beauté qui transcende le monde ? Veux-tu de l’attention et de la sécurité, ainsi que la chaleur d’une protection fiable et à jamais présente ? Veux-tu une tranquilité que rien ne puisse perturber, une douceur qu’on ne peut blesser, un réconfort solidement établi, et une paix si parfaite que rien ne puisse l’altérer ?

« Le pardon m’offre tout cela, et bien davantage.

« Le pardon prodigue tout ce que je désire.

« Aujourd’hui, je reconnais cette vérité » 

Avril 2018 : Grand atelier Don du Pardon & Jeu Toltèque

Fort du grand succès du premier grand atelier de ce genre organisé fin octobre 2017, je proposerai la même formule au 1er semestre 2018, de nouveau au Val de Consolation (25). 

Cliquez sur l’image pour télécharger le PDF. 

ddp val 18 00001


Don du Pardon à Paris en mars 2018

Pour télécharger la version PDF, cliquez sur l’image !

ddp paris denise

Un joyeux tour du monde à soutenir !

Mon amie Isabelle-Alexandrine Bourgeois se lance dans un très beau projet qui lui ressemble, Joy for the Planet : je vous invite à le découvrir via la vidéo ci-dessous, et - pourquoi pas ? - à le soutenir même très modestement, si le coeur vous en dit.

Dans le milieu ambiant, nous avons besoin de belles initiatives de ce genre !!

https://joyfortheplanet.org/



La « chevalerie relationnelle » toltèque sur Europe 1 !

Surprise agréable que d’apprendre qu'Anne Cazaubon avait consacré sa rubrique « Antidote » du 8 novembre, sur Europe 1, à la présentation des accords toltèques, en signalant l’interprétation chevaleresque que j’en ai faite, ainsi que l’utilisation que les parents et éducateurs peuvent en faire pour les enfants (cf. le dessin animé de Mélissa Monnier, « Chevalier des temps modernes », qui a été vu des centaines de milliers de fois sur Internet, sur diverses plateformes où il a été recopié !).

Pour écouter cette rubrique de 3 min, cliquez sur l’image ! 

Europe 1 toltèques enfants



Mon site relooké et complété !

Le site www.olivierclerc.com a pris un coup de jeune, au niveau look, et je l’ai complété avec des références à mes autres sites (mon blog, le site des cercles de pardon, Graines de Sens, mais aussi ma page Pro Facebook et ma chaîne YouTube). 

oc



Début décembre : long w-e toltèque à Orléans !

Début décembre l'association Entre Ciel et Terre accueille Denise Lesturgeon : 

Vendredi 1 décembre à 20h
Conférence sur les Accords Toltèques
à la maison des associations d’Orléans, rue St Catherine

Denise, messagère toltèque, a reçu ce riche enseignement de Maud Séjournant et d'Olivier Clerc. Pour en savoir plus sur elle, consulter son site http://www.messageretolteque.com

Samedi 2 décembre de 9h30 à 18h30
Formation à l’animation de partie de « Jeu des Accords Toltèques"

Dimanche 3 décembre de 10h à 12h30
Cercle de pardon

Renseignements et inscriptions auprès de Cloé Mougins : 
06 82 17 53 17 ou 
Cloe.mougin@live.fr 

Pass’ weekend tout compris : 95€
Sinon :
Conférence : 10€
Atelier formation au Jeu Toltèque : 85
Cercle de pardon : 15€

(Cliquez sur les images pour télécharger les PDF.)

affiche conference at orleans 2affiche formation jeu at orle ans 2

Les quatre accords toltèques : une approche occidentale

Le commentaire pertinent d’un lecteur :


Ginko a commenté Accords Toltèques : une Chevalerie Relationnelle

 5,0 sur 5 étoiles Très bon livre, très bien expliqué.

Après avoir lu les accords toltèques, je recommande la lecture de ce livre qui place ces accords toltèques dans notre système occidental, avec les règles de la chevalerie, et dans le système chrétien (référence à la Genèse).

L'épée correspond à la parole impeccable (dont l’étymologie vient de pécher). C'est la force Yang
Le bouclier est la forme Yin, il permet de se protéger, c'est-à-dire de ne pas prendre les choses de manières personnelle. Ensuite viennent la quête de la vérité (3e accord toltèque), on pourrait parler du Graal ; puis la règle, du chevalier, « fais de ton mieux » (4e accord), qui permet de travailler avec les 3 premiers accords en évitant la culpabilité et le découragement de ne pas y arriver, et de ne pas confondre recherche d'amélioration et vaine quête de perfection dans l’application des 3 premiers accords (le mieux étant l'ennemi du bien).

Dans cet ouvrage, Olivier Clerc donne de nombreux exemples et conseils pour la mise en pratique de ces accords. Ce qui fait de ce livre à la fois une théorie réexpliquée et un témoignage vivant de mise en pratique. 

Références à Victor Hugo sur la calomnie et la rivalité qui courent dans le dos des personnes, et autres références vécues, bibliques ou à Maître Philippe de Lyon.
Le style est efficace, compréhensible et ce livre contient l'énergie de la pratique. Facile à lire et tellement vrai.

- Ginko

 

Don du Pardon au Québec (et web-conférence gratuite)

Un atelier Don du Pardon se tiendra les 2 et 3 décembre à Montréal !

C’est le premier depuis 2015 : profitez-en !!

Il sera précédé le 9 novembre prochain par une web-conférence gratuite.

Toutes les infos sur : 

https://suneva.ca/2014/09/01/atelier-don-du-pardon-montreal/ 

M&S dondupardon2017 instagram
M&S bandoHG FB



Le Don du Pardon en 2018

Vous voulez suivre un atelier du pardon en 2018 ?

Voici les premières dates (cliquez sur les lieux pour télécharger le PDF) : 

- les 3 et 4 février, à Chenove (21) ;

- les 17 et 18 mars, en Belgique et, même dates,  à Paris 

- les 9 et 10 juin, à Nîmes.

DDP Belgique 2018Nimes 2018
affiche Ddp 03 & 04-02-2018 (2)
ddp paris denise




Le dernier livre de Stéphane Allix : ex-cep-tion-nel !

Couverture 2D Lorsque-j-etais

C’est aujourd’hui que sort (enfin !) le dernier livre de Stéphane Allix, Lorsque j’étais quelqu’un d’autre, que j’ai eu la chance de lire en avant-première.

Ce récit autobiographique est tout bonnement extraordinaire (normal, quand on dirige l’Institut National de Recherche sur les Expériences Extraordinaires, INREES…!). 

Lors d’une retraite en Amazone, Stéphane va avoir la vision très claire d’un soldat nazi dont il assiste aux derniers instants de vie, et dont lui sont donnés aussi les nom et prénom, le grade dans l’armée, et d’autres détails précis. 

A son retour en France, en vérifiant sur Internet, il découvre que ce soldat a véritablement existé. Commence alors une longue enquête très détaillée - à travers la France, l’Allemagne et la Russie - qui le conduira de surprise en surprise, et lui posera - ainsi qu’à ses lecteurs - des questions aussi passionnantes que troublantes.

  • A-t-il été ce SS durant le seconde Guerre Mondiale ? En serait-il la réincarnation ?
  • Pourquoi a-t-il éprouvé à 19 ans impérieux de devenir journaliste de guerre ? Pourquoi ces rêves très violents qu’il fait depuis longtemps ?…
  • Dans la réincarnation, qu’est-ce qui se réincarne au juste ? L’individu qu’on a été dans la vie d’avant, ou l’âme qui habite successivement différentes enveloppes ?… 
StephaneAllix Paris2017 ©DelphineBlast Hans Lucas-6

J’avoue avoir dévoré ce livre de 450 pages en deux jours ! Je ne pouvais pas en sortir. D’abord, l’enquête elle-même - le récit, la trame narrative - est juste passionnante. Ensuite, on retrouve dans ce livre toutes les qualités que j’admire et apprécie chez Stéphane Allix : une très grande exigence journalistique, la volonté de coller à la vérité, le refus de se contenter de la première explication venue, une capacité rare d’approfondir les choses. Du coup, alternent dans un rythme parfait les faits, les découvertes, les questionnements, les doutes, les avancées (et parfois les reculs).

Nombreux sont les pièges dans lesquels on pourrait tomber en relatant un récit pareil : Stéphane a su méticuleusement les éviter. Aucune complaisance, pas de solution de facilité, pas de triche, pas d’apitoiement non plus, ni justifications. Toujours au plus près de la vérité, aussi exigeante soit-elle. 

Et puis, il faut le dire : écrire ce livre, et ensuite le publier, demandait une sacrée dose de courage. Il suffit de se mettre deux secondes à la place de l’auteur : qu’est-ce que je ferais si je découvrais soudain que j’ai peut-être été un personnage peu recommandable dans ma vie passée ? Si je l’écris, comment vont réagir les lecteurs, mes proches, tout le monde ? A quoi je m’expose ?…

Bien sûr, ce livre dévoile par couches successives une réflexion qui va beaucoup plus loin que ce que l’on peut supposer au début, mais le risque est quand même là, surtout pour les lecteurs qui tireraient des conclusions hâtives et ne liraient pas jusqu’au bout.

Si je devais prendre des paris, sur la base de ma propre expérience d’ancien éditeur et directeur de collections, je parierais que ce livre va être traduit dans de nombreuses langues, et je ne serais pas étonné que quelqu’un en fasse un jour un film qui touchera encore plus de monde que l’écrit. 

Je considère que c’est un livre important, très actuel, qui traite de questions qui sont aujourd’hui de plus en plus ouvertement débattues, à mesure que le scientisme dominant (cette terrible transformation de la science véritable en dogmes rigides) commence à reculer. 

J’ai en outre la chance d’avoir une autre amie auteure qui a vécu quelque chose de proche, puisqu’elle garde - elle - la mémoire intacte de deux vies successives et de la période entre deux, avec tous les détails et les preuves qui confirment ses dires. Son récit et ses réflexions corroborent tout ce que Stéphane expose dans son propre ouvrage. Mais, malgré mon insistance depuis 15 ans, je n’ai pas (encore) réussi à la convaincre d’écrire à son tour son histoire absolument passionnante… 

Alors, lisez Lorsque j’étais quelqu’un d’autre : vous serez captivés par cette histoire qui, j’en suis certain, va vous habiter durant de longs jours après la lecture, et stimuler de très fructueuses réflexions ! 



Tous mes livres chez votre libraire local !


Vous voulez éviter les sites de vente en ligne (FNAC, Amazon, etc.) ?

Vous préférez achetez vos livres chez un libraire local ?

Alors visitez le site www.leslibraires.fr qui vous permet de trouver les livres que vous voulez et le libraire local où vous les procurez !

Vous y trouverez notamment à peu près tous les livres que j’ai écrits (ou traduits), à part les tout premiers, épuisés depuis longtemps : 

titres-oc



Le « coming out spirituel »

cos

En février 2017, Abdennour Bidar lançait une pétition intitulée « Coming out spirituel ». Dans la même lancée, ce mois de septembre 2017, les Editions Trédaniel publient le livre de Laurence Baranski qui porte quasiment le même nom « Le coming out spirituel ». 

C’est un livre courageux, puisque l’auteure ose y aborder ce qu’un grand nombre d’entre nous pensons, croyons ou avons vécu… sans trop oser en parler ouvertement, par peur des conséquences. Son livre traite non seulement du sens de la vie, mais de la conscience, de la mort, des NDE, de la communication avec les mondes invisibles, des origines de l’humanité, des extra-terrestres, et j’en passe. 

Un livre courageux, disais-je, parce qu’aborder ces thèmes dans la culture actuelle peut effectivement faire courir de gros risques. A l’époque de l’Inquisition, les mécréants pouvaient finir brûlés sur le bûcher ; aujourd’hui, ceux qui remettent en question les dogmes du scientisme dominant risquent d’être « grillés » dans leur vie professionnelle et privée. Le scientisme, c’est cette religion qui ne dit pas son nom, et qui a enfermé le monde moderne dans sa seule dimension visible, mesurable et objective. Le scientisme, c’est la transformation de la science véritable en dogmes indiscutables, dogmes que le célèbre biologiste Rupert Sheldrake a brillamment exposés dans son livre « Réenchanter la science » (traduction polie de « The Science Delusion », soit « L’illusion scientifique », plus explicite en anglais), ce qui lui a valu l’insigne honneur d’être censuré sur TED.com, une première mondiale… 

Je précise - pour l’avoir rencontrée plusieurs fois par le passé - que Laurence Baranski n’est pas une illuminée, une « flyée » comme disent les Québécois, ni quoi que ce soit de ce genre. Elle est coach de dirigeants, elle a tout à fait les pieds sur terre et la tête sur les épaules. 

Son livre et sa démarche relèvent du même esprit qui anime l’INREES et la revue Inexploré depuis 10 ans, dont les statuts disent : « s’intéresser à ces expériences que nous n’arrivons pas à expliquer et que nous qualifions d’extraordinaires, voir de “surnaturelles”, tout en conservant les deux pieds sur terre ».

De la même manière que la science véritable n’a pu naître qu’en se libérant du joug de la religion qui dominait jusque-là, le « nouveau paradigme » ne naîtra à son tour qu’en s’émancipant du carcan étroit dans lequel une certaine science a voulu enfermer la réalité, en en niant des pans entiers parmi les plus essentiels. Dans toutes les discplines scientifiques, d’éminents savants abondent d’ailleurs déjà dans ce sens, mais il reste encore beaucoup de résistance à surmonter. 

Comme l’a clairement expliqué Ken Wilber (notamment dans Une brève histoire de tout), les résistances actuelles s’expliquent par une confusion entre ce qui est pré-rationnel et ce qui est post-rationnel, c’est-à-dire ce qui vient avant ou après la raison qui gouverne actuellement en maître. Le pré-rationnel était gouverné par toutes sortes de croyances, dogmes et superstitions, c'était le règne de l’obscurantisme, dont la science a dû s’extraire. Le post-rationnel, qui n’est pas le retour en arrière tant redouté mais un vrai bond en avant, va au-delà de la seule raison pour aborder le monde sensible, spirituel, invisible, mais en s’appuyant sur tous les acquis de la science et de la raison qu’il intègre et dépasse.

Le « Coming out spirituel » de Laurence Baranski est donc un livre de notre époque, totalement en phase avec les questions que nous nous posons, avec le mouvement d’éveil des consciences qui ne cesse de grossir depuis plus de 30 ans. Il ne nous invite pas à croire ceci ou ne pas croire cela. Il nous invite pultôt à ouvrir les yeux, à réfléchir, à tester, à élargir notre conscience et nos horizons, à découvrir de nombreux faits, théories, idées différents de ceux qui nous ont été imposés jusqu’ici. 

Et si le monde n’était pas seulement ce qu’on nous en a dit jusqu’ici ?... 


Un 2e teaser pour les Cercles de Pardon !

Cliquez sur l’image !

Capture d’écran 2017-09-06 à 10.27.46


A découvrir : un beau teaser pour les cercles de pardon !

Capture d’écran 2017-06-24 à 11.00.57

Merci à Denis-Fabien Corlin pour ce magnifique travail ! 

Sa page Facebook : https://www.facebook.com/voiesdesoi/


PS :  Pour ceux qui ne veulent/peuvent pas aller sur Facebook, l’alternative consiste à visionner cette vidéo sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=nxhWZo6kues&feature=youtu.be 


El Don del Perdon : le livre est paru en Espagne !

Grande joie ! 

Mon livre est désormais aussi disponible en espagnol : cela favorisera l’essor des Cercles de Pardon dans les pays hispanophones (il en existe déjà en Espagne et au Mexique).

El don del perdon_CUBIERTA.indd



Don du Pardon : du changement !

A dater du second semestre 2017, mes activités évoluent. Je n’animerai plus que deux ateliers Don du Pardon par an en Europe francophone (France, Bénélux, Suisse). 

Quelques nouveautés :

  • il s'agit d’ateliers Don du Pardon & Jeu Toltèque : nous incluons la pratique de ce jeu puissant pour transformer nos relations, dans l’atelier ;
  • l’atelier est en résidentiel et comprend deux jours et deux nuits complets sur place, avec quelques bonus en soirées ; 
  • nous serons en grand groupe : la dimension essentiellement transpersonnelle de cet atelier permet de travailler en groupes importants, pour partager des grands moments d'humanité


Vous pouvez également suivre la version de base cet atelier (requis pour suivre la formation à l’animation de Cercles de Pardon), sans le Jeu toltèque, à d’autres dates et dans d’autres lieux avec l’une ou l’autre des 6 personnes que j’ai formées au Québec, en France et en Suisse, 

en consultant le site : www.dondupardon.fr 


Méditation de l’enfant intérieur : version audio

Dans le cadre du webinaire « Pratiquer les accords toltèques » que j’anime sur la plateforme FullLife Formations, j’ai créé la « Méditation de l’enfant intérieur », qui m’a été inspirée à la fois par le Système Famlial Intérieur (IFS, en anglais) de Richard Schwartz, et la notion de recouvrement d’âme, en chamanisme.

Devant le succès de cette méditation de 12 minutes - de nombreux participants m’ont demandé de pouvoir la refaire - Jean-Jacques Crèvecoeur a eu la gentillesse d’extraire la version audio de cette méditation pour en faire un fichier mp3 dont je vous fais cadeau ci-dessous !

Cliquez sur l’image ! 

Capture d’écran 2017-04-26 à 15.34.30



Prendre soin de sa vie, avec Jean-Jacques Crèvecoeur

JJC2

Pour ceux et celles qui ne connaîtraient pas encore l'Académie de la Vie en Mouvement, créée par Jean-Jacques Crèvecoeur, je vous invite à découvrir ci-dessous les vidéos de présentation qu'il a conçues à cet effet.

Je connais Jean-Jacques depuis 1998. Quand j'étais directeur littéraire des Editions Jouvence (1997-2001), nous avons racheté sa petite maison d’édition, Equinoxe 21, pour en faire une collection de Jouvence et donner à ses excellents titres la visibilité qu'ils méritaient.

Jean-Jacques est à mes yeux l'un des meilleurs professionnels du développement personnel francophone, et l'énorme succès des diverses plateformes de webinaires qu'il a mises en place témoigne à lui seul de la grande qualité de ce qu'il propose.

Je ne fais (très rarement) de promotion que pour des personnes que je connais personnellement et dont je connais les qualités, l’intégrité, ainsi que l’efficacité de ce qu’elles enseignent. Je le fais d’autant plus volontiers pour Jean-Jacques que, depuis le lancement de l’AVM, je n’ai eu que des échos enthousiastes de tous les proches, parents, amis et connaissances qui s’y sont inscrits !

(cliquez sur l’image pour accéder aux vidéos de présentation)

avm

 



« Le pardon peut-il guérir ? », article dans L’1visible

Un article qui va tout à fait dans le sens de Peut-on tout pardonner ? (Eyrolles, 2015). 

(Cliquez pour télécharger le pdf)

article pardon Lorraine

Webinaire toltèque : une vidéo à découvrir

L'une des vidéos introductives du webinaire "Pratiquer les accords toltèques" que je lance en février 2017.

Pour aller plus loin : https://pg185.isrefer.com/go/FLW0101-FLE0101-PO1/OLC/



Sous-titres en 3 langues à ma vidéo Don du Pardon !

Après l’espagnol et le grec, c’est l’anglais qui vient d’être ajouté en sous-titre à ma vidéo de base sur le Don du Pardon (enregistrée en 2010 pour la web-tv de Jacques Languirand : repere.tv ).

C’est à vous, en tant qu’utilisateur, de cliquer sur l’icône des sous-titres (en bas à droite de l’écran), et de choisir la langue que vous voulez !

Capture d’écran 2017-02-09 à 15.44.58



Un webinaire sur les Accords Toltèques !

Jean-Jacques Crèvecoeur lance une nouvelle plate-forme de formation en ligne, Full Life Formation ! 

J'ai la joie d'y développer dès aujourd'hui la mise en pratique des ACCORDS TOLTEQUES, à l'attention de tous ceux et celles que cette approche passionne, mais qui se demandent parfois comment l’appliquer au quotidien.

(cliquez sur l’image pour en savoir plus)

Capture d’écran 2017-01-24 à 09.39.44



L’humilité vue par P. Deunov - 1er janvier 1917

Dans mes livres et mes ateliers, je parle souvent du lien très étroit qui existe entre le pardon et l’humilité. Il ne peut y avoir de pardon véritable que dans une posture d’humilité sincère.

La semaine dernière, j’ai découvert le texte ci-dessous, en cherchant tout autre chose sur Internet. J’ai été frappé par la justesse et la beauté de ces lignes écrites voici très exactement 100 ans, qui parlent d’humilité, de pardon et de non-jugement  : 


Beinsa Duno

Extrait d’une conférence de Peter Deunov,
le 1er janvier 1917 à Sofia :

« Sanctifie-les par Ta vérité. » L’Évangile de Jean

La première chose que vous devez apprendre des sermons du Christ, c’est l’humilité. Elle est la mère de la vraie connaissance positive. L’orgueil est la mère de la connaissance passagère, temporaire. 

Si vous estimez les lois divines, vous vous élèverez même si vous êtes parmi les plus petits. Si vous voulez que le Ciel s’intéresse à vous et vous bénisse, vous devez être humbles dans le sens élevé du mot et non pas dans le sens ordinaire auquel on vous a habitués.

L’humilité est un bel ange, un grand esprit. Celui qui l’a vu, l’a tout de suite aimé. Dans l’humilité naissent toutes les vertus divines auxquelles rêvent l’esprit et l’âme humains. L’ange de l’humilité est vivant. Il porte en soi la Charité – l’enfant de l’Amour, la plus petite fille de Dieu.

Quand l’humilité pénètre vos cœurs, dites : « Mon Dieu, nous sommes prêts à pardonner à tous. » 

Je vous demande si vous avez entendu la voix de l’humilité ? 

– Moi, je l’ai entendue. Je ne connais pas de meilleure musique que le chant de l’humilité. Quelle harmonie existe dans l’humilité ! Quel Amour jaillit du cœur de l’homme humble ! Cet Amour inonde les cœurs de tous les gens de ses rayons. Chaque jour il envoie ses pensées douces et son soulagement à tous les êtres souffrants et déprimés, à toute l’humanité. Il dit : « Espérez, je vous aiderai à sanctifier le Nom Divin dans vos esprits et dans vos cœurs. Je vous donnerai toute ma bénédiction. » 

Aujourd’hui le Christ veut unir toutes les fraternités et religions dans le monde entier. Voilà pourquoi il ne faut pas vous permettre de juger les gens. Vous ne connaissez pas les causes profondes des choses. 


Le Don du Pardon a son propre site : dondupardon.fr

Le DON DU PARDON possède désormais son propre site !

Vous y retrouverez toutes les informations concernant les ateliers Don du Pardon animés dans toute la francophonie par moi-même et les 4 personnes que j’ai formées.

http://www.dondupardon.fr/

Capture d’écran 2016-12-17 à 10.37.28



Le pardon pratique : Olivier & Arouna

Et voici une deuxième vidéo de disponible, issue de ma rencontre avec Arouna Lipschitz :



Ma bibliographie complète

Seize livres de publiés jusqu'ici, depuis 1984 : ça commence à faire une jolie collection, à laquelle s’ajoute une participation à quelques ouvrages collectifs (cliquez sur l’image pour télécharger le PDF complet) : 

TItres-OC



Livre sur les Cercles de Pardon : disponible en papier

Ça y est ! 

Le livre de Laure Roussotte sur les Cercles de Pardon, que j’ai préfacé, est disponible au format papier, aux Editions en Avance, grâce au système d’impression à l’unité mis en place par Amazon.

Vous pouvez vous en procurer un exemplaire en cliquant sur l’image ci-dessous :

Livre Laure


Un livre (-audio) sur les Cercles de Pardon

Le joli livre que Laure Roussotte a écrit sur les Cercles de Pardon, et que j’ai préfacé, est déjà disponible au format audio

laure-audio

 

Laure anime des cercles de pardon depuis 3 ans. Elle est désormais aussi certifiée pour animer l’atelier Don du Pardon.

 

Oyez, oyez ! « La grenouille » en audio !

Découvrez La grenouille qui ne savait pas qu’elle était cuite en livre audio, lu par votre serviteur !

gren-audio



« Le Tigre et l’Araignée » : de nouveau disponible en édition papier !

Bonne nouvelle !

Mon livre "Le Tigre et l'Araignée : les deux visages de la violence », préfacé par Charles Rojzman, est de nouveau disponible au format PAPIER grâce aux Editions en Avance, sur Amazon :

http://www.amazon.fr/tigre-laraign-e-deux-visages-violence/dp/1093871032/ 

comparatif t a

  





Les accords toltèques animés pour les enfants !

Pour son travail de bachelor à la HEAD (Haute école d'art et design de Genève), Mélissa Monnier a réalisé ce petit dessin animé basé sur mon livre « Accords toltèques : une chevalerie relationnelle », pour présenter les 4 accords de base à des enfants. 

Une réalisation amusante et originale ! 

(Cliquez sur l’image)

Capture d’écran 2015-09-02 à 17.04.58

 




© OC 2012-2017, tous droits réservés - Contact