Accepter l’incertitude, multiplier les suppositions, vivre le présent 

Depuis le début de cette épidémie, les interprétations quant à son origine et sa finalité se multiplient presque aussi vite que le virus ! Ce serait un complot, ou ce serait dû à la 5G, ou alors ça viendrait de la consommation d'animaux rares aux vertus aphrodisiaques, à moins que ce soit le déclenchement de l’effondrement annoncé, ou encore une impulsion évolutive déclenchée par des entités spirituelles pour le bien de l'humanité …et j’en passe. 

Face à l’inconnu, beaucoup d’entre nous éprouvent le besoin naturel de se raccrocher à une théorie ou une autre, préférant une explication – peu importe laquelle – à l’incertitude. Toutefois bon nombre de ces explications douteuses créent de la peur, d’autres favorisent la dualité, le conflit, la recherche d’un coupable ou d’un ennemi, d’autres encore nous enferment dans des illusions enchanteresses dont le réveil pourrait être douloureux. 

Il est dans la nature de notre mental d’échafauder des suppositions, de vouloir trouver du sens à toute choses. Mais le sens se révèle rarement à chaud. Il demande du temps, du recul, ce qui est impossible dans l’immédiateté des événements. Il faut savoir patienter. Dans l’intervalle, le plus sage est de ne pas s’enfermer dans une seule histoire, une seule supposition, une seule interprétation, qui va ensuite filtrer tout le réel au profit des seules choses qui la confortent et la justifient. Quitte à chercher du sens, autant multiplier les explications, les suppositions, les théories, sans s’accrocher à aucune. Jouer avec. Rester ouverts. 

Quand nos peurs et nos espoirs ne sont plus enfermés dans une seule théorie, nous parvenons à mieux vivre simplement dans le présent, à prendre les choses comme elles viennent, à vivre un jour à la fois. Plus légèrement. Plus sereinement.

Cette situation, par toute l’incertitude qui la caractérise, peut ainsi être l’occasion de développer une bonne habitude : ne pas laisser une seule façon de voir les choses nous mettre des oeillères mentales. Sitôt qu’une supposition s’impose à nous – en lisant ceci, en écoutant cela, ou par nos propres réflexions – pourquoi ne pas automatiquement en imaginer une autre, totalement différente, voire carrément inverse ? 

Le sens et la finalité des événements se révèlent à nous en leur temps. Il faut parfois des semaines, des mois, voire des années pour pleinement comprendre ce qu’ils signifient dans l’aventure humaine. Vouloir interpréter à chaud l’impact du 11 septembre, du Brexit ou du coronavirus, c’est maximiser les chances de se planter. Sachant que nos interprétations déterminent notre humeur, notre état émotionnel, notre tournure d’esprit, c’est prendre des risques inutiles, c’est souvent se gâcher la vie pour rien.

Lorsqu’on lui demanda ce qu’il pensait de la démocratie, Mao aurait prétendûment répondu : « Rien du tout. C’est beaucoup trop jeune. » Bel exemple de sagesse chinoise. Savoir attendre. Ne pas céder à l’envie de vouloir interpréter à chaud. Donner du temps au temps. 

Je vous souhaite donc de pouvoir vivre ces temps incertains en restant le plus ouverts possible, sans inquiétude inutile, sans vous laisser submerger par des théories ou explications incertaines, et de surfer en souplesse sur tous ces remous, jusqu’à atteindre à votre rythme les rivages sûrs du sens. 




© Olivier Clerc, 2012-2020, tous droits réservés - Contact